Sport

Domenech : “Anelka n’a pas dit ce qui a été écrit dans les journaux”

Hype Soul

Près de 8 ans après les faits, Raymond Domenech est revenu sur son altercation avec Nicolas Anelka lors de la Coupe du Monde 2010 dans un reportage diffusé sur Canal +.

“Va te faire enculer, sale fils de pute !” c’est avec cette phrase choc écrite en gros sur sa une que L’Equipe avait fait sensation le 19 juin 2010, deux jours après la défaite de l’Equipe de France contre le Mexique (0-2). Un scandale qui avait totalement plombé les Bleus, provoquant l’exclusion du groupe de Nicolas Anelka et surtout la grève de Knysna. Si l’ancien attaquant d’Arsenal et ses coéquipiers avaient tenu à démentir ces mots à l’époque, Raymond Domenech ne s’était toujours pas exprimé publiquement à ce sujet. A l’occasion d’un documentaire diffusé sur Canal + dimanche soir, l’ancien sélectionneur des Bleus (2004-2010) est revenu sur l’affaire, et sa version de l’accrochage est bien différente. «Il n’a pas dit ce qui a été écrit dans les journaux, c’est une certitude. A la mi-temps, je lui dis : ‘Nico, ce que je veux, c’est que tu ailles dans la profondeur. On est 10 sur le banc, on a tous vu que tu n’y allais pas.’ Il m’a répondu : ‘Oui mais c’est toujours moi’. Je lui dis : ‘Oui, c’est bien toi qui joue là’. Là, il a ses chaussures à la main. En se tournant et en jetant ses chaussures, il dit : ‘tu n’as qu’à la faire, ton équipe de merde’. Je lui ai dit : ‘tu as raison, tu sors.’ Et j’envoie Gignac à l’échauffement.»

“Il a cassé le rapport qu’il y avait”

Sans tout ce déballage médiatique, Nicolas Anelka aurait peut être connu une autre fin en Equipe de France, et éviter tout ce qu’il a eu a endurer par la suite pour une phrase qu’il n’a même prononcé. Domenech poursuit en disant «Le truc qui m’avait vexé, c’est qu’il m’a tutoyé. Pour moi, c’est un manque de respect de la fonction. Je suis sélectionneur, il est joueur. Quelqu’un qui m’a toujours vouvoyé me tutoie devant les copains. Il a cassé le rapport qu’il y avait. C’était fini, il n’y avait plus de débat.» Il aura donc fallu attendre 8 ans pour que Domenech parle, et surtout, tout ça pour ça…