High TechLifestyle

Preview – On a testé NBA 2K15

Depuis 2010, 2K et Visual Concepts sont dans une situation idyllique concernant NBA 2K, leur franchise de simulation de basket. L’an dernier, Hypesoul vous présentait déjà un jeu mature, sûr de ses forces. Surtout, un jeu qui, à la surprise générale, a été et continue d’être le porte-étendard de la next-gen. 

Ton enjoué, répliques savamment placées entre quelques lignes de présentation officielles et maillots des Bulls et des Lakers disséminés dans la salle : Rob Jones, responsable de la production de NBA 2K15, est sûr de lui. Il y a de quoi. L’an dernier, NBA 2K14 a été la référence du line-up next-gen, qu’on se place du côté de Sony ou de Microsoft. En partie éclipsée en France dans le paysage de la simulation sportive par l’ogre FIFA, il n’empêche que la franchise de 2K a su créer l’unanimité en même temps qu’une communauté particulièrement réjouie, et du même fait, de plus en plus exigeante.

[su_divider top= »no »]

Pour les Rookies et les All-Stars à la fois

Solide sur des appuis acquis l’année dernière, NBA 2K15 peut prendre le temps de peaufiner le dernier geste. Bien conscient que l’aspect qualitatif de leur jeu doit être mis en avant comme un argument marketing et vidéoludique imparable, Visual Concepts cherche avant tout à fidéliser sa communauté d’irréductibles. Pour rendre l’habillage plus attractif, 2K a modélisé pour cette édition 2015 Ernie Johnson et Shaquille O’Neal pour animer sur leur plateau TV virtuel les présentations des matchs pour occuper les temps de chargement. Ce sont d’ailleurs pas moins de 400 scénarios différents qui ont été prévus et qui prendront en compte non seulement les équipes mais aussi les différentes festivités au cours de la saison (Noël, Martin Luther King Day, etc.).

Indéniablement, la next-gen séduit par ses graphismes, mais la puissance de calcul des machines de Sony et Microsoft ne sert pas qu’à régaler nos mirettes. Exploitant les capacités des consoles de salon, les développeurs promettent une intelligence artificielle remise au goût du jour. Désormais, plus question d’enchaîner les « pick and roll » sans que l’adversaire n’y comprenne quoi que ce soit. Si vous usez trop fréquemment des mêmes stratagèmes pour scorer, l’IA enregistrera désormais ces habitudes et fera en sorte de les faire déjouer en adaptant son système de défense.  Capable à la fois de mieux associer les animations des basketteurs à leurs déplacements comme de surprendre le joueur avec des séquences de jeu dynamiques, l’IA promet quelques pics de concentration pour les gamers solo, majoritaires dans 2K15 grâce au renommé mode carrière. Ces derniers devront toutefois ronger leur frein puisque pour l’heure, aucune annonce précise sur le mode « MyCareer » n’a été avancée.

Diriger ou rêver

Le mode « General Manager » se présente ainsi comme une simulation de management à mi-chemin entre la gestion pointue au long cours de son « roaster » et l’accessibilité. Cet équilibre s’obtient par un système attractif, ergonomique et didactique avec un système d’objectifs et de récompenses. Au menu des innovations s’invitent la possibilité d’interagir en direct pendant la simulation des matchs et le calcul en temps-réel de la progression des rookies. À tout cela s’ajoute un tout nouveau système de suivi médical poussé à l’extrême et qui offre désormais au joueur la possibilité d’avoir un suivi médical poussé sur ses différents poulains. Leurs blessures seront désormais enregistrées tout au long de leur carrière dans la base de données et se verront attribuer une couleur (vert, orange, rouge) selon le risque de rechute.

Le mode « MyLeague », permettant de créer une compétition entre amis, intègre toutes les fonctionnalités de « MyGM » en permettant d’y intégrer les 25 équipes d’Euroleague disponibles (elles n’étaient que 14 dans 2K14). L’occasion de réaliser les transferts les plus fous vers Nanterre ou le SIG, les deux équipes françaises répondant à l’appel. Surfant explicitement sur le succès du mode FIFA Ultimate Team et le fantasme de la création de l’équipe rêvée, 2K15 introduit aussi « MyTeam », un mode de jeu permettant de collectionner les joueurs et de créer son cinq ultime, qui brille encore par son mystère concernant son mode de fonctionnement. Visiblement intégré au jeu, aucune information précise n’a encore filtré concernant le nombre de joueurs présents, ainsi que le potentiel paiement de contenu.

Le nouveau système de suivi médical de 2K15

Des sensations, en veux-tu en voilà

Manette en mains, les évolutions par rapport à la version 2014 sautent immédiatement aux yeux. Ce que l’on remarque dès les premiers quart-temps passés sur le parquet, c’est que les différentes animations sont largement retravaillées, pour un réalisme et une précision de déplacement des joueurs largement accrus. Le système de contre, par exemple, semble avoir été légèrement amélioré et les bâches ont gagné autant en réalisme qu’en intensité. En ce qui concerne l’immersion, vous pouvez aussi compter sur des « signature moves » encore plus nombreux. Pour les habitués et/ou les connaisseurs du ballon orange, le plaisir sera garanti tant le niveau d’excellence atteint des sommets. Suffisamment pour savoir que malgré l’avance prise ces huit dernières années, NBA 2K a encore de belles années à vivre, n’en déplaise à EA Sports et à la concurrence. 

Les néophytes n’ont pas non plus été oubliés par l’équipe de développement. Ceux qui n’ont jamais, ou très peu, joué à la franchise les années passées n’ont plus d’excuses. La raison en est illustrée avec un système spécialement destiné aux nouveaux venus, 2K U, consistant en plusieurs tutoriels narrés par Kevin Durant himself ou encore Stephen Curry, le meneur de Golden State. Ceci se traduit en termes de gameplay en une gestion des tirs beaucoup moins aveugle, avec une jauge indicative présente sous le joueur au moment du shoot. Rien qui ne perturbe l’habitué, nous rassure-t-on, puisque le timing reste inchangé.

[su_box title= »Conclusion » box_color= »#325a78″]Les développeurs de Visual Concepts n’ont pas chômé et rendent donc une nouvelle fois une copie bluffante, tant par la finesse du gameplay proposé que par le travail titanesque de recherche effectué aux quatre coins des États-Unis auprès des « key players » de la NBA. Cet opus 2015 de NBA 2K s’annonce comme une énième réussite pour les développeurs de chez Visual Concepts, pour le plus grand bonheur des fans. Rendez-vous est pris pour le 9 octobre : the show must go on.[/su_box]

Raphaël Copin & Robin Souriau

10 commentaires