CinémaLifestyle

Rosario Dawson dans la prochaine série « Dardevil »

Face à la tendance à la domination de DC sur Marvel côté petit écran, la maison d’édition de comics de Stan Lee se doit de réagir vite, et fort. La prochaine grille de rentrée sera déterminante pour départager qui des deux super-éditions fera régner ses propres super-héros.

Alors que DC a déjà posé Constantine et Flash comme ses deux poulains destinés à devenir, avec l’accord du public et des critiques, les grosses écuries fantastiques de demain, Marvel a tardé mais a fini par répondre aux injonctions des fans. C’est à Dardevil que revient la charge de raviver un peu la flemme Marvel du côté du format sériel, après l’échec critique et artistique de Marvel’s Agent of S.H.I.E.L.D. Le tout, malgré de bons résultats d’audience, une formalité puisque « MAOS » est le seul représentant de sa catégorie.

Ce sera à Rosario Dawson d’occuper une place de choix aux côtés du super-héros aveugle. Aucun détail n’a encore été révélé sur son identité précise, et les fans spéculent à tout va sur les correspondances qui pourraient révéler un personnage déjà existant dans les comics. A moins que les scénaristes nous jouent la carte de la surprise avec un rôle inédit ?

Jeune inconnu VS femme fatale ?

Côté Dardevil, il incombera à Charlie Cox (Stardust) de reprendre un rôle déjà interprété par Ben Affleck au cinéma en 2003. Autant dire une éternité face au rythme effréné des sorties de productions de super-héros ces temps-ci. Confier le rôle principal à un jeune peu connu (et prometteur), c’est aussi l’assurance d’une meilleure identification pour les spectateurs et d’un risque moindre de critiques du grand public. Ben Affleck sait de quoi il en retourne avec sa prochaine interprétation de Batman…

Pour l’instant, la belle actrice de TranceMen in Black II et La 25e heure est bien occupée à nous en mettre plein les yeux dans Sin City 2 : A Dame to Kill For dans lequel elle reprendra le rôle qu’elle tenait dans le premier opus. Difficile dès lors de l’imaginer autrement que dans un rôle de femme fatale… une composition qu’elle sait parfaitement dérouler.

Robin Souriau

2 commentaires

%d blogueurs aiment cette page :