HYPESOUL

Entretien exclusif avec Sharon Nicholson qui est directeur de la série de documentaire BMF

Bonjour Sharon Nicholson, comment ça va ? 

Sharon Nicholson : Ça va très bien!

Comment la série documentaire a vu le jour ? En meme temps que la série ou après ?  

S N : C’était destiné à s’aligner sur le scenario de la série. C’est d’ailleurs la même société de production qui est producteur exécutif sur la série et du documentaire. Je pense que l’idée derrière tout ça est de montrer qu’il y a tellement d’histoires à exploiter et qu’il y a tellement d’images… 

La légende de Big Meech est si puissante qu’il était logique de faire un documentaire pour montrer la vraie personne derrière la série scénarisée. C’était l’intention derrière le docu… ils voulaient faire à la fois la série documentaire et la série TV pour qu’elles correspondent

En tant que New-Yorkais, qu’est ce que tu as appris en passant du temps avec des gens de Detroit, et sur la vie à Detroit?

Detroit est une ville tellement incroyable, elle a été le cœur de l’Amérique pendant des décennies et elle est un symbole de notre histoire aussi, parce que c’était une ville tellement puissante et puis à cause de circonstances comme l’émeute de 68 et le déménagement de toutes les usines automobiles hors de la ville. c’était une de ces circonstances où Meech et sa famille ont été pris dans cette tempête d’événements … 

ils aimaient fait la fête, comme dit dans le documentaire, la fête était finie quand ils ont déménagé à Detroit, c’était une ville qui était sur le déclin, mais il y avait toujours ce véritable « hustle spirit » qui prévalait dans la ville et la plupart des industries étaient parties, il y avait toujours des restes de l’industrie automobile, mais la plupart des usines étaient fermées, donc il n’y avait pas vraiment de travail pour les enfants après le lycée, donc la drogue a pris le dessus.

Big Meech en prison

ils ont vraiment perfectionné et et la façon dont ils ont en quelque sorte industrialisé la vente de drogue vous savez et c’est à partir de groupes antérieurs à « BMF » vous savez le « Ybi Pony down gang » et les « Chambers Brothers » ils étaient vraiment uniques dans la façon dont ils faisaient ce business. c’était vraiment du business il ne s’agissait pas d’être le gars le plus dur c’était de faire de l’argent et je pense que Meech et Terry ont vraiment étudié ce modèle

Est-ce qu’il y a eu des défis tout au long de la production auxquels vous avez été confrontés?

S.N : bien sûr il y en a eu beaucoup vous savez à chaque documentaire il y a ses propres défis. Pour nous c’était vraiment d’établir la confiance avec beaucoup des sujets et des gens à qui nous avons parlé ce n’est pas un sujet facile à aborder ça a affecté beaucoup de gens dans leur vie et vous savez c’était vraiment essentiel pour nous de vraiment construire une relation de confiance avec les gens et les gens. c’était vraiment essentiel pour nous d’établir une confiance et un rapport avec avec certains de ces membres de l’équipe parce que nous parlons de trafic de drogue et d’activité illégale. Nous n’avons pas eu beaucoup de temps pour le faire, c’était un Sprint dès le début. 

Vous traitez avec de vraies personnes, de vraies affaires criminelles, de vrais lieux et d’autres choses comme ça. Comment avez-vous fait pour vous assurer que les gens aient une voix authentique dans la série documentaire ?

S.N : Encore une fois, c’est une question de confiance. Nous voulions raconter l’histoire la plus authentique de BMF, des deux côtés de la loi, donc il était important de parler à autant de personnes que possible pour avoir l’histoire. Je pense que 20 ans se sont écoulés aussi depuis l’époque de la BMF; Nous voulions raconter non seulement la naissance mais aussi la chute de BMF

pourquoi avez-vous trouvé nécessaire d’inclure les expériences des forces de l’ordre dans la série parce que c’est vraiment la loi?

S.N : Nous voulions raconter non seulement la naissance mais aussi la chute de BMF et nous voulions raconter une histoire équilibrée, et j’étais très conscient d’ouvrir la série avec… , c’est un appel d’une prison fédérale, dès le départ, que c’est comme ça que l’histoire se termine, et vous savez, pour avoir la voix de l’application de la loi. Je veux dire que c’était vraiment une poignée d’agents et de responsables de l’application de la loi qui ont résolu cette affaire alors que personne n’y croyait vraiment. Lee Jack Harvey est notre personnage principal du côté de l’application de la loi. 

Big Meech

C’était ce qu’ils disaient c’était sa baleine blanche de bien des façons. Vous savez personne ne croyait vraiment à l’affaire et vous savez j’ai trouvé que c’était un bon équilibre. Entre l’ascension et les traces des frères et puis à mi-chemin on introduit l’application de la loi comme une sorte de catalyseur pour la chute donc c’est un peu plus une question légère .

si vous deviez choisir une chaussure élégante pour incarner la série qu’est-ce que vous choisiriez et pourquoi?

S.N : Oh, c’est une question intéressante, un style de chaussure… Je ne sais pas, je dirais probablement des Nike Air Force Ones parce que c’était la basket préférée de Big Meech

Que voudrais tu partager avec nous à propos de la série de documentaires BMF ? 

S.N : Oui, regardez-la, diffusé en avant-première le 23 octobre 2022, je crois. Nous avons interviewé beaucoup de personnes et l’histoire se déroule en grande partie à Atlanta. C’est à cette époque que BMF Entertainment a été lancé. Nous avons donc TI, 2 Chainz, 50 Cent et beaucoup d’autres personnalités de la musique qui étaient vraiment des figures clés de cette époque.  

Merci beaucoup pour votre temps et nous attendons avec impatience la sortie de la série, super, prenez soin de vous.

Interview Milky

Merci à Point Virgule pour Liongate +

HYPESOUL

Leave a Response