HypeSoul

Mis à l’honneur sur la couverture du magazine Le Monde, Booba a également répondu aux questions du journaliste Jean Birnbaum rencontré le rappeur à Miami. Il y parle notamment de la prison et les clashs.

L’interview remonte au mois de juin, et n’a donc rien à voir avec sa récente détention ce mois d’août à Fleury-Mérogis. Mais ayant déjà fréquenté la prison, Booba a évoqué le sujet lors d’un long entretien accordé au Monde magazine« Quand ils verrouillent ta cellule, tu te sens vraiment comme une merde. Ce sentiment d’impuissance, c’est très fort. Tu te rends compte de ce qu’est le pouvoir, que tu es au-dessous, que tu n’es rien. Les mecs sont venus te chercher à 6 heures du mat’ et maintenant tu es dans une cage. Et puis au bout d’un moment, tu es réglé comme un animal. Tu entends la clef du maton et tu remues la queue comme un petit chien. Tu entends la clef et tu te dis “y a parloir”. Tu l’entends et tu te dis “y a promenade”. C’est l’échec, tu comprends ? Un jour, j’en parlerai à mes enfants. »

Si Booba est connu ces dernières années, c’est aussi pour ces clashs à répétition avec Rohff, Kaaris, ou encore récemment avec Maitre Gims et peut être Damso. Mais pour le rappeur vivant à Miami, le rap game, c’est avant tout un jeu. « Faut pas oublier que je suis un gamin. Je m’amuse, j’aime la compétition, je lâche pas l’affaire. Le rap est une cour de récréation, les clashs, c’est aussi bête que ça. D’ailleurs, en France, il n’y a pas encore eu de mort. Et de toute façon c’est pas moi qui ai commencé ! »

 

 

Leave a Response