HYPESOUL

Fondée en 2005, la plateforme de Hip-Hop la plus célèbre du monde témoigne d’une histoire fructueuse. Atteignant des records de visionnage aux débuts des années 2010, WorldStar Hip-Hop a grandement participé à l’explosion de la Trap dans le monde entier. Aujourd’hui en difficulté, nous vous proposons une rétrospective sur un média peu commun.

Porno et Hacking

Surnommé “Q”, Lee O’Denat est né le 2 novembre 1973 à New York. Jeune entrepreneur talentueux, c’est dans l’industrie pornographique que le futur fondateur prendra ses marques. Constatant l’échec du site internet en 2001, Lee se redirige très rapidement vers l’industrie des mixtapes. Sa rencontre avec DJ Whoo Kid (l’un des premiers à avoir enregistré 50 cent et le G-Unit) va ensuite tout changer. Les deux hommes s’associent donc et fondent NYCFatMixtapes .com, un certain 11 septembre 2001. Ils vendent alors une quantité de mixtapes phénoménales, surfant sur la vague du succès de G-Unit. Quatre ans plus tard, le site prend le nom de WorldStarHipHop et change son fonctionnement en proposant des abonnements mensuels. Le site connaît ensuite ses premières difficultés avec un piratage total des données, fermant le site pour 7 mois. Au bord du gouffre, Lee ne se doute alors pas du succès qui attend sa plateforme…

Lee O’Denat en 2016

Premières polémiques

En 2008, le site devient ce qu’il est aujourd’hui : une plateforme consacrée au rap et au buzz. WorldStarHipHop est alors une fourmilière de vidéos loufoques, étonnantes voire choquantes. Les polémiques ne tardent donc pas à arriver pour un site qui se voit alors référencer dans les 300 URL les plus fréquentées des USA. Déjà auparavant, Lee avait tenté de copier la charte graphique de son site concurrent : OnSmash.com. Sans succès, cette erreur a influencé des hackers à s’emparer du site. Mais à l’aube des années 2010, les problèmes sont plus sérieux. En 2008, un clip de Trashman, rappeur aujourd’hui oublié, attire l’œil des forces de l’ordre. Ce clip témoignait en effet de l’assassinat de Stack Bundles, membre de gang ennemies, par les paroles de Trashman. Contraint de supprimer la vidéo, le site comprend sa puissance de diffusion, encore jamais égalée.

Quelques mois plus tard, c’est une vidéo d’un enfant menaçant de tuer George Bush qui crée polémique. Bill O’Reilly, célèbre présentateur télévisée s’empare du problème et demande la suppression de la vidéo. Censuré de YouTube, l’objet n’est cependant pas enlevé de WorldStar, ce qui foudroie des médias tel que Fox News, incendiant la plateforme lors de nombreux JT. En 2011 le coup d’éclat apparaît. Une série de vidéos de la strip-teaseuse Kat Stacks est publié, avec à la clé des informations de la jeune femme sur ses expériences sexuelles avec différents rappeurs, non sans critiques. De Bow Bow à Soulja Boy, Kat sera un poison pour les rappeurs du pays mais un véritable fer de lance pour le site. 

Outre ces nombreux faits, c’est le roi des clashs, a.k.a 50 cent, qui s’immisce ensuite dans une guerre juridique avec le site.

Bill O’Reilly

Many trial

Au début des années 2010, WorldStar commence à sortir des clips exclusifs, parmi lesquels on retrouvera notamment Ace Hood ou encore 2 Chainz. C’est donc dans la réalisation que le site voit son avenir. Cependant c’est une légende du mouvement Hip-Hop, 50 Cent, qui va une fois de plus plonger le site dans le désarroi. En 2009, le rappeur de Jamaica Queens accuse WorldStar d’utiliser son image sans son accord par des clips et autres photographies. C’est alors le début d’une bataille judiciaire de 5 ans.

En 2011, le site internet est une fois de plus fermé pour droits d’auteurs. Commandité par un YouTubeur du nom de IShatOnU, 50 Cent profitera de l’occasion pour déclamer être l’homme à l’origine de la fermeture. Une action démentie depuis mais qui n’a pas empêché le rappeur de critiquer Lee O’Denat lors de nombreuses interviews. En 2014, 50 Cent sort finalement vainqueur. Alors que sa majeure promotion de mixtapes passait par WorldStar, le rappeur s’est finalement retourné contre ses anciens associés. Malgré ce désagrément, la future génération de rappeurs SoundCloud va faire exploser WorldStar aux yeux du monde. 

Ambition et gloire

Atteignant son plus haut taux de visites en 2011 sur le site internet, WorldStar voit l’explosion de YouTube et de l’ère SoundCloud comme une occasion de se propulser. Se lançant de plus en plus dans la réalisation, le groupe annonce également la création d’un film en 2014, aujourd’hui abandonné. Ce sont des classiques tels que “Check” de Young Thug et “Codeine Crazy” de Future qui seront ensuite les premiers gros succès du site en 2015. Profitant de leur influence, WorldStar se voit proposer des offres faramineuses tel qu’une de part 40% (40 millions d’euros) la même année, qu’il décline.

En 2016, le groupe continue sur sa lancée en lançant NBA Youngboy avec “ I Ain’t Hiding”, culminant aujourd’hui à 110 millions de vues. L’année 2017 devient ensuite la période la plus importante du groupe. Jouant sur le succès de la nouvelle génération, WorldStar propulse Lil Baby avec “My Dawg”, YBN Nahmir avec “Rubbin Off the Paint” ou encore Cardi B avec “Red Barz”. C’est un fameux personnage du nom de 6ix9ine qui va ensuite exploser le compteur. Surfant sur le particulier univers du rappeur, WorldStar réalise “Kooda”, “Billy” et “Gotti” atteignant des scores faramineux avec plus de 300 millions de vues pour chaque vidéos. Malheureusement, 2017 est aussi une année tragique pour le site avec la disparition de son fondateur, Lee “Q” O’Denat, la faute à une obésité morbide. 

“Check”, l’un des plus gros succès de Young Thug

Une actualité contrastée

A la suite de ce décès, le site rend hommage à Lee à la fin de nombreuses vidéos. Continuant sur sa lancée, le site joue ensuite un grand rôle dans l’explosion de rappeurs comme Flipp Dinero avec “Leave me Alone” ou Derez Deshon avec “Hardaway” en 2018. Toujours impliqué dans le buzz, World Star profite d’une audience régulière sur internet avec ses vidéos drôles, politiques et surtout de bagarres. Pourtant, la chaîne YouTube du groupe culminant à 25 millions d’abonnés suit un important déclin depuis 1 an. Habitué au succès sur la plateforme, le dernier clip à gros chiffres de WorldStar remonte à 2019 avec Lil Tecca et “Did It Again”, culminant à 69 millions de vues.

Un score respectable mais peu emblématique de l’influence de la chaîne. En effet, l’essoufflement de l’ère SoundCloud à poser un désintérêt du contenu publié par la chaîne. Actuellement, WorldStar continue de balancer de nombreux clips par semaines de rappeurs plus ou moins connus, ne dépassant presque jamais le million de vues. Le succès de Tik Tok est aussi un facteur qui plonge la plateforme petit à petit dans les abysses. Un flop qui ne touche heureusement pas le site internet, toujours rempli de succès.

2017 voit naître 6ix9ine et son esthétique particulière

Aujourd’hui aussi populaire que des médias comme QG ou Complex aux Etats-Unis, WorldStar devra se relever musicalement pour rattraper son retard esthétique sur des chaînes comme Lyrical Lemonade. Le groupe restera tout de même comme l’un des plus gros influenceurs du mouvement Trap de l’histoire.

<div id="zergnet-widget-65011"></div>nn<script language="javascript" type="text/javascript">n (function() {n var zergnet = document.createElement('script');n zergnet.type = 'text/javascript'; zergnet.async = true;n zergnet.src = (document.location.protocol == "https:" ? "https:" : "http:") + '//www.zergnet.com/zerg.js?id=65011';n var znscr = document.getElementsByTagName('script')[0];n znscr.parentNode.insertBefore(zergnet, znscr);n })();n</script>
Hervé Malo
Jeune breton né le 5 mars 2002 à Saint-Nazaire et fan de Kendrick Lamar.

Leave a Response