HYPESOUL

Je souhaitais absolument écrire quelque chose sur Médine. D’abord parce qu’on vient de la même ville lui et moi, mais surtout parce qu’il a beaucoup influencé ma vie. Au lieu d’écrire un article retraçant sa carrière, j’ai préféré m’adresser à lui directement. Voici la lettre d’un havrais à un autre havrais.

Le Havre State of Mind

Salut Médine,

Au lieu de partir sur un énième article résumant ta carrière, j’ai décidé de m’adresser directement à toi. Tu sais, j’écoute du rap depuis que j’ai douze ou treize ans. Et même si Booba ou Rohff ont grandi un peu avec moi, j’ai longtemps fui le rap français. Pourquoi ? Jeune havrais, comme toi, mon seul souci d’adolescent était de maxer mon Dracaufeu sur Pokémon Version Bleu. Comment réussir à m’identifier à des hommes comme Ideal J sur J’ai Mal Au Cœur ou IAM avec Nés Sous La Même Etoile ? Comment s’identifier à ces gars-là avec mon statut de jeune ado blanc privilégié ? Longtemps, j’ai cru ne pas être assez « digne » pour écouter du rap français. C’est pour ça d’ailleurs que je me suis buté au rap américain. Le fait de ne pas comprendre les paroles tout de suite à sûrement jouer énormément.

Médine – L’Ecole de la Vie

Mais entre 2003 et 2005 j’entends beaucoup parler de toi. Dans la cour de mon collège, on dit qu’un gars du Havre a réussi à placer ses CD dans les bacs de La Fnac du centre commercial René Coty. Je ne te mens pas, je crois que j’ai acheté ton deuxième album, Jihad : Le plus grand combat est contre soi-même, par pur chauvinisme. Venant de province, quelle fierté de voir que l’un des notre réussisse à percer dans ce milieu.

L’école de la vie où tu mords la poussière

Quand je réécoute ton deuxième album aujourd’hui, je me dis toujours : quel talent ! Mais à la première écoute, ça a été complètement différent. Ta voix, très grave, n’était pas facile d’accès. J’avais aussi beaucoup de mal à comprendre certains textes. Et Proof, bien qu’extrêmement talentueux, se cherchait encore un peu musicalement je pense. Mais au fil des ans et de tes albums, je comprends rapidement qu’au-delà de ton statut de rappeur, tu porteras différentes casquettes à mes yeux.

Merci de m’avoir présenté Lunatic ou bien Arsenïk sur Lecture Aléatoire. Grâce à ce titre j’ai fait mes premières armes sur le rap français. Merci de m’avoir fait comprendre que la vie est un combat de tous les jours sur L’Ecole de la Vie. Merci de m’avoir fait croire en l’amitié sur Biopic. Longtemps j’ai comparé ma bande de pote du Havre à ta famille de Din Records. Je me rappelle encore des paroles de Grand Médine qui disent : Si t’as pas de grand frère ou de grand homme auquel t’identifier / Parle comme Grand Médine, Rap comme Grand Médine. Merci d’avoir été ce grand frère que je n’ai jamais eu.

Médine – Lecture Aléatoire

History in the making

Merci pour ta saga Enfin du Destin. Elle m’a permis d’apprendre plein de choses que l’école, l’Etat ou les médias nous cachent. Merci d’avoir mis en avant les petit(e)s Sou-Han, Petit Cheval, David & Daoud, Kunta Kinté, Nour, Ataï. Tous des victimes collatérales de l’histoire. Le titre Du Panshir à Harlem m’a permis d’en apprendre plus sur Malcolm X et le Commandant Massoud, figure importante de l’Afghanistan. Je découvre finalement que les poètes Verlaine et Rimbaud, à l’image de Nas et Jay-Z, faisaient parties des premiers artistes à s’être clasher. Je n’oublie pas non plus L’homme qui répare les femmes. Titre dédié à Denis Mekwege, Prix Nobel de la Paix en 2018. Enfin, et c’est carrément grâce à toi que j’entends parler pour la première fois des évènements du 17 Octobre 1961 sur le titre 17-Oct. Pour tout ça, merci. Merci d’avoir été ce prof d’histoire que je n’ai jamais eu.

Médine – Enfant du Destin (Nour)

Merci d’avoir mis la lumière sur tellement de sujet sur lesquels je suis passé à côté. Merci de nous avoir soufflés les évènements qui se passaient à Guantanamo après les attentats du 11 Septembre sur Guantanamo. Je suis toujours autant surpris et choqué de ton récit narré dans le titre RER D. Pour finir, de mémoire, je crois que tu es aussi un des premiers rappeurs à prendre position sur la condition des femmes en France. Merci de nous avoir donné les titres Combat de Femme et A l’ombre du mâle. Encore plus aujourd’hui, nous, les hommes et la société de manière générale, devons aider à mettre les femmes sur le même pied d’égalité que les hommes.

Parle comme Grand Médine

Je me rappelle, c’est sur Grand Médine et Brassens que tu dis : J’fais pas du rap pour qu’on l’écoute, mais pour qu’on le réécoute. Cette phase n’a jamais pris autant de sens à mes yeux qu’après avoir réécouté tous tes albums. Chaque projet a ses qualités et ses défauts, mais chacun de ces opus sont une leçon de vie, une leçon d’histoire, une leçon de journalisme. Pour te paraphraser : Sais-tu que tu resteras Number One ? Et combien de tes couplets j’ai rapé face à mon miroir ?  Merci d’avoir grandi avec moi toutes ces années et d’avoir été si inspirant. Pour mon futur, je ne peux pas imaginer mieux que ton refrain sur Enfants Forts : C’est mieux de construire des enfants forts, que de réparer des adultes cassés. Après avoir été un grand frère et prof d’histoire à mes yeux, j’espère un jour être un daron aussi aimant et relou que toi avec mes futurs enfants.

Médine – Enfants Forts

 Bonne chance pour ton nouvel album Grand Médine le 6 Novembre prochain.

A bientôt

Simon.

<div id="zergnet-widget-65011"></div>nn<script language="javascript" type="text/javascript">n (function() {n var zergnet = document.createElement('script');n zergnet.type = 'text/javascript'; zergnet.async = true;n zergnet.src = (document.location.protocol == "https:" ? "https:" : "http:") + '//www.zergnet.com/zerg.js?id=65011';n var znscr = document.getElementsByTagName('script')[0];n znscr.parentNode.insertBefore(zergnet, znscr);n })();n</script>

Leave a Response