HYPESOUL

Un an après Ipséité, Damso sort Lithopédion, son dernier album en date. Hypesoul vous en fait sa critique.

Mais, quid de Lithopédion ? Pour ceux qui n’ont pas cherché à comprendre, ce terme est utilisé lorsque un foetus est encore présent dans le corps de la femme… mais déjà mort. Nous ne sommes donc pas étonnés de ce choix lorsqu’on connaît un peu l’état d’esprit du rappeur belge, toutefois, les interprétations peuvent être nombreuses.

Composé de 17 tracks, Dems ouvre le bal avec une intro colérique (Introduction, Damso/Lithopédion) , comme nous ne l’avons jamais entendu, crachant ses nerfs d’entrée de jeu. Un album surprenant par la différence stylistique de chaque tracks, entre “Smog” qui nous rappelle l’ambiance NWAAR dans laquelle Damso noue emporte depuis ses débuts, en passant par des sonorités plus psyché comme “Festival de rêves” nous partageant un trop plein d’émotions, entre plénitude et mélancolie, espoirs et tragédies; mais également en chantonnant des sujets sensibles tel que la pédophilie dans “Julien”, aux paroles crues sur une instru nous ramenant à nos plus douces berceuses d’enfance. Ainsi, cette combinaison de mots poignants sur fond d’instru bienveillante pousse au malaise.

Le protégé de B2O nous laisse également rentrer dans son intimité, via la track “William” (de son vrai nom), en exposant son ascension, son nouveau statut de père, et donc ses nouvelles responsabilités. Nous découvrons à travers chaque titre un homme changé, de part les épreuves de la vie, et pourtant encore tiraillé par ses anciens démons, ses névroses, les choix complexes de la vie. Damso fait découvrir donc un album plus personnel, plus spontané émotionnellement, peut-être moins égo-trip qu’Ipséité, mais toujours aussi saisissant. Si la flemme vous emporte d’analyser chacun des titres, on vous balance notre top 5 en vous expliquant brièvement pourquoi :

“Smog”, parce que c’est lourd ma gueule / “Julien”, parce que ça dérange fortement les consciences/ “Baltringue”, parce que ça dérange fortement ton style de vie monotone/ “Feu de bois”, parce qu’il dit tout haut ce qu’on pense tout bas au sein d’un couple / “60 années”, parce que la vie est trop courte et qu’on perd notre temps la plupart du temps.

1. Introduction
2. Festival de rêves
3. Baltringue
4. Julien
5. Silence (feat. Angèle)
6. Feu de bois
7. Même Issue
8. Smog
9. 60 Années
10. Aux paradis
11. Dix leurres
12. Nmi
13. Perplexe
14. Tard la Night
15. Noir meilleur
16. William
17. Ipséité (Bonus track)

Sarah Z.

 

3 commentaires

Leave a Response