HYPESOUL
Á l’occasion de la sortie de son nouveau single OG, Hypesoul a rencontré l’artiste Titaï. Dj et producteur, il a notamment travaillé avec Niska, Landy, Leto,… Retour sur ses collabs, ses futurs projets et son soutien aux nouveaux talents.

Qui es-tu ? 

Titaï, DJ producteur, tout simplement

Dis-moi, avec qui as-tu déjà travaillé ? 

Ca dépend en faite étant donné que je suis à la fois DJ et producteur, on va dire qu’il y a deux cartes. Il y a la carte de la production et le côté DJ. En tant que DJ j’ai tourné avec Niska pendant 3 ans, là actuellement je fais quelques dates avec Landy. J’en ai fait aussi avec Key Largo, un petit groupe qui vient d’être signé. Auparavant, j’ai fait des single avec Leto, Cheu B, Barack Adama et Keros-N, GLK, Prince Wally, Landy, Dehmo Guy2bezbar,… Là mon dernier single s’intitule OG, il est disponible sur toutes les plateformes de streaming et sur Youtube ! 

Comment tu choisis tes collab et avec qui tu aimerais travailler ? 

Moi je travaille beaucoup au feeling. Ca veut dire que pour la collab DJ par exemple avec Niska à l’époque, ça c’est fait assez naturellement. On est montés sur le navire et on a fait un petit bout de chemin ensemble et c’était stylé ! 

J’avais besoin de parler.

Après pour le reste, pareil, tout fonctionne au feeling. Pour le côté production, si je n’ai rien à faire avec l’artiste ou si je ne sens pas un truc, je ne vais pas aller vers lui. Pour moi il y a des artistes comme Tayc, je savais que c’était un moment de ma vie où j’avais besoin d’exprimer certaines choses et c’était le gars parfait pour être mon “haut parleur’. Ca veut dire que par apport à ce qu’il proposait, le type de son qu’il faisait, sa voix, sa manière de chanter… J’avais besoin de parler, d’aborder un sujet et pour moi c’était l’artiste idéal pour ça. 

A propos du titre OG, c’est une situation vécue…

Oui, c’est un biopic, c’est autobiographique… A l’époque où je l’ai fait, j’étais en plein dedans. Je l’ai fait avec beaucoup de sincérité et ça s’est ressenti. Le public a bien reçu le titre et ça me fait vraiment plaisir ! 

Pour revenir sur tes collaborations, laquelle a été pour toi la plus marquante ? 

Je ne peux pas dire que j’ai eu une collab mémorable ou plus marquante que les autres, car pour moi chaque son c’est une expérience différente. Avec Landy c’était particulier, avec Guy2bezbar c’était aussi particulier, Dehmo c’était autre chose… Tous les morceaux c’est mes bébés (rire), c’est mes créations donc je les aime. Après je vais te dire OG parce que je raconte un vécu. Je parle de moi, je me livre, ce que je n’ai pas l’habitude de faire. Hormis ça, tous mes titres sont particuliers. 

moi je fonctionne vraiment au feeling. Je ne bosse pas en fonction du statut de l’artiste. 

On t’a vu beaucoup collaborer avec des artistes français, est-ce que tu te verrais collaborer avec des artistes US ou même UK ? 

T : Franchement grave ! Surtout UK, là-bas c’est chaud ! Il y a les J-Hus, Stormzy,… Mais en vérité je n’ai pas vraiment de cible. Ce n’est pas comme aux Etats-Unis où il faut absolument collaborer avec Cardi B, par exemple, car ça cartonnera. 

Je pars du principe que c’est moi qui donne l’énergie. Quand je rentre en collab avec un artiste, ca va péter ! Je ne prends pas en compte le fait que l’artiste soit connu ou non. J’ai déjà bossé avec des petits du 91 Chivas Gang, ils sont très chauds et on a fait un titre super titre ensemble “Freestyle Dans La Mine 3”. Donc si tu veux, moi je fonctionne vraiment au feeling. Je ne bosse pas en fonction du statut de l’artiste. 

Pour te dire, la dernière fois j’étais là sur GRM Daily qui partage tout ce qui est son UK, et je suis tombée sur un petit mec, très bon ! Il n’est pas encore très connu, alors je suis partie faire un tour sur ses réseaux et je me verrai bien faire un feat avec lui. 

OG… des projets en cours

Du coup, après OG… des projets en cours ? 

Ah oui des projets en cours, après je ne vais rien te dire…

Même pas un indice ? 

Allez, je te dis juste un truc ! Courant 2020 “Antisocial”, c’est un projet pour les artistes émergents qui n’ont pas forcément de visibilité. C’est un projet que je vais essayer d’entretenir et que je vais sortir à peu près tous les 6 mois. Là je suis en train de bosser dessus. Pour moi c’est un projet qui regroupera les artistes de demain qui ne sont pas encore trop connus et qui n’ont pas de visibilité. 

Depuis que je travaille à Génération ou autre, j’ai toujours fédéré ce mouvement de “partage”. J’aime partager la musique des artistes pas encore connus et c’est bien de le faire dans un projet, d’où le concept “Freestyle Dans La Mine” que j’avais sorti à l’époque.

On fait du son, on fait de la musique même s’il y a une partie business, cela reste une passion avant tout.

Là tu me parlais des nouveaux rappeurs que tu as envi de mettre en valeur. Tu t’es montré investi dans plusieurs médias Génération, French Plug où tu donnais de la visibilité à des jeunes talents, pourquoi c’est important pour toi ?

J’ai toujours eu le flaire, j’ai toujours aimé dénicher de nouveaux talents. Pour moi dès qu’un mec est bon, que tu sens le truc et bien il ne faut pas hésiter à le partager ! On a tous besoin d’un coup de pouce. Moi je sais qu’à l’époque, j’ai voulu marcher dans ce milieu et personne ne m’a aidé. Je pars du principe que l’énergie ça se transmet. On fait du son, on fait de la musique même s’il y a une partie business, cela reste une passion avant tout. J’aime dénicher des nouveaux talents et écouter de nouvelles pépites ! Rien ne m’empêche de faire une story d’un petit qui fait un son que je trouve lourd ! Ca va lui donner de la force et il va être motivé ! Voir qu’un acteur du game t’a remarqué, ça motive et ça pousse à aller encore plus loin. 

Et toi comment tu as commencé la musique ? 

Je suis rentré là-dedans malgré moi à l’époque du breakdance. Parce qu’à l’époque si tu dansais pas, c’était compliqué pour gérer… C’était pas possible… (rire). Il fallait quelqu’un pour faire les bandes sons et je me suis désigné. Après j’y ai pris goût, j’ai acheté une première platine et c’était parti, je suis tombé dedans ! 

A quel moment tu t’ai dit, je vais en faire mon métier, je vais vivre de ça ? 

A l’époque quand je mixais dans des soirées sur Paris, il m’est arrivé de me décourager… C’est en 2013/2014 que je me suis dit que je pouvais rentrer dans quelque chose de viable et de vivre de ça. 

Et c’est là que tu as fait ta première collab ? 

Oui avec Leto (PSO Thug) “Dans Les Way”, que je t’invite à écouter sur toutes les plateformes de streaming.

Je ne veux plus que l’on me colle l’étiquette seulement de DJ. Pour moi aujourd’hui je suis un artiste

En parlant de streaming, tu es référencé en tant que DJ Titaï et Titaï sur ces plateformes. Tu n’as plus envie que l’on t’identifie seulement comme un DJ ? 

Exactement ! Je ne veux plus que l’on me colle l’étiquette seulement de DJ. Pour moi aujourd’hui je suis un artiste. Je compose, je produis, je suis aussi un peu dans la mode. 

En parlant de la mode, tu as un média dédié à la mode Culture Couture, comment tu es tombé dedans ?

Je suis tombé dedans tout simplement parce que ça m’intéressait un peu. Je trouvais que dans la mode il y avait trop de stéréotypes, si tu ne correspond pas à un style donné, tu ne peux pas entrer dans ce milieu. Du coup je me suis dis que j’allais créer mon média, mon truc à moi. 

Tu le vois comment ton média sur le long terme ? 

Là je suis dans une restructuration totale… Disons que dans le moyen terme, mon média je le vois comme un média très influent et qui me ressemblera. Je veux les mêmes concepts que dans la musique, c’est à dire dénicher des petites marques et les mettre en avant. On parle toujours des mêmes marques, mais il y a en a aussi des plus petites très stylées ! Il faut toujours mettre en valeur les petits créateurs, les petites marques, et c’est pour ça que j’ai créer mon média. 

Croyez en vous, et n’écoutez pas les gens ! Croire en soi et se remettre en question aussi. L’orgueil c’est le pire ennemi de l’humain.

Au vu de ton parcours et de ce que tu fais pour aider les jeunes talents, quels conseils aimerais-tu donner pour percer dans ces milieux (mode, musique,…) ? 

Croyez en vous, et n’écoutez pas les gens ! Croire en soi et se remettre en question aussi. L’orgueil c’est le pire ennemie de l’humain. Il ne faut pas croire que l’on connaît tout, il faut accepter la critique quand elle est constructive. On critique beaucoup par méchanceté mais quand tu sais que c’est un ami qui te critique pour te conseiller c’est différent. La critique c’est facile, mais quand quelqu’un le fait, qu’est ce que cela peut réellement t’apporter ? 

Ju : L’entourage joue énormément finalement…
T : L’entourage joue et c’est le plus important. Dieu merci aujourd’hui j’ai un entourage et ce qu’il m’apporte ça n’a pas de prix. Il n’y a rien de mieux que d’avoir un entourage d’amis qui veulent te voir réussir. C’est beau ! et quand on en a “un” voire “des’ il ne faut pas le laisser tomber car ton entourage c’est ta boussole. 

Il n’y a rien de mieux que d’avoir un entourage d’amis qui veulent te voir réussir.

Ju : Là si tu devais partager une découverte, une pépite…

T : Goldee Money, c’est un rappeur de Bruxelles. Il sera d’ailleurs sur mon projet Anti Social ! Et il y a aussi un gars de Bondy, Bramo. Il est très chaud ! 

Ju : Comment tu les trouves ? Tu passes ta vie sur Insta et Tik Tok ? 

T : Oui c’est ça. Quand je suis sur l’explorer, je tombe sur un truc, je like, je partage direct et j’envoie un DM au mec direct ! 

Ju : Le mot de la fin ? 

T : Merci pour l’invitation ! Force à HypeSoul, Dans La Mine ! Titaï, OG disponible sur toutes les plateformes de streaming, le clip est sur Youtube ! Il faut streamer, il faut partager, il faut écouter et prendre le sens du son. C’est un titre autobiographique et sincère. 

Titaï feat Tayc OG est sur disponible sur Hypesoul TV

Juls V.


Leave a Response