HYPESOUL

Parfois oubliés, parfois boudés par les critiques, aujourd’hui, on te propose de (re)découvrir ces trésors cachés du hip-hop. Retour sur le cinquième album de Fabolous, Loso’s Way.

Brooklyn Gangster

Nombreux sont les rappeurs qui se sont inspirés des films de gangster des années 80/90. Concept, à la longue, peu original car traité en long en large et en travers par beaucoup de monde. Mais Jay-Z avait ressorti le concept du placard en 2007 avec American Gangster. En 2009, c’est Fabolous qui tente cette aventure avec la sortie de son cinquième opus : Loso’s Way. Inspiré du film Carlito’s Way (L’Impasse dans nos contrées francophone), Fabolous y met en scène son propre personnage. La version deluxe de l’album sera d’ailleurs accompagnée d’un court métrage d’une trentaine de minutes.

Fabolous – My Time (Feat. Jeremih)

Mash-up Hip Hop / R&B

Si American Gangster d’Hova nous plongeait dans cette ambiance 70’s, Loso’s Way en est l’exact opposé. De gangster, cet opus n’en a que le titre. Ce n’est pas pour autant que l’album est de mauvaise facture. A mon sens, c’est le premier album de Fabolous qui tient la route du début à la fin. Loso c’est le rappeur à single par excellence, pas des plus doués techniquement mais qui choisit très bien ses instrus. Il fait partie de ces personnes à avoir trouvé le filon en mélangeant le Hip Hop et le RnB comme personne. D’où le succès de ses précédents singles: Into You, Can’t Let You Go, Trade It All ou Make Me Better.

The Godfather

L’introduction The Way (Intro) a le mérite de remettre les pendules à l’heure et montre un Fab’ très hargneux et énervé derrière son micro. Ce premier tier d’album enchaine les gros sons, avec une légère influence sudiste disons-le. Fabolous garde essentiellement la même recette et laisse la majorité de ses refrains à des spécialistes. Jeremih, encore inconnu à l’époque, se charge du refrain de My Time, produit par The Runnerz. Le chanteur Kobe est présent sur l’énergique Imma Do It, proposé par DJ Khalil. Ne-Yo et Trey Songz s’occupe respectivement des titres Makin’ Love et Last Time.

La J.U.S.T.I.C.E. League, qui avait trouvé le créneau parfait en termes de production, à base de gros sample des années 70, sortent une production à contrecourant qui sied parfaitement à Fabolous sur Feel Like I’m Back. Ryan Leslie offre un des bangers de l’année 2009 avec Everything, Everyday, Everywhere. La fin de l’album se rapproche enfin de cette atmosphère froide de film gangster. Alchemist propose un Lullaby très sombre. Enfin Sean C & LV, producteurs affiliés à Diddy, servent un superbe I Miss My LoveFabolous n’a plus qu’à poser son flow nonchalant qui le caractérise.

Fabolous – Everything, Everyday, Everywhere (Feat. Keri Hilson & Ryan Leslie)

L’impasse

Au rang des déceptions, on retiendra ce Money Goes, Honey Stay, reprise d’un leftover d’American Gangster de Jay-Z. Morceau racoleur afin d’ajouter Hova sur le tracklisting de l’album. Mention au titre Salute avec un Lil Wayne plus que quelconque au refrain. Enfin, c’est bien de toujours faire croquer ses amis, mais Paul Cain, Freck Billionnaire et Red Cafe tirent plus Fabolous vers le bas qu’autre chose sur le titre There He Go.

Comme annoncé plus haut, l’album n’a de gangster que le nom. Si celui-ci est complètement dans son temps, on regrettera quand même l’absence d’un titre du même acabit de Breathe, sorti en 2003 sur Real Talk. Sur sa première semaine d’exploitation, Loso’s Way s’écoulera à 99 000 copies, faisant de cet opus le seul album de sa carrière à avoir atteint la première place du Billboard. Loso’s Way n’est certainement pas un game changer dans le Hip Hop américain, et malgré sa première place au Billboard, les faibles ventes de l’opus refroidiront les ardeurs de Def Jam quant à l’avenir du rappeur au sein du label.   

Fabolous – Imma Do It (Feat. Kobe)
Tags : Fabolous
<div id="zergnet-widget-65011"></div>nn<script language="javascript" type="text/javascript">n (function() {n var zergnet = document.createElement('script');n zergnet.type = 'text/javascript'; zergnet.async = true;n zergnet.src = (document.location.protocol == "https:" ? "https:" : "http:") + '//www.zergnet.com/zerg.js?id=65011';n var znscr = document.getElementsByTagName('script')[0];n znscr.parentNode.insertBefore(zergnet, znscr);n })();n</script>

2 commentaires

  1. J’ai cru rêvé quand j’ai lu ça : « pas des plus doués techniquement mais qui choisit très bien ses instrus. »
    C’est un des rappeurs US les plus techniques ! Il l’a prouvé sur tous ses albums et notamment le premier.
    Écoute ses feats avec Snoop ou Miss E. et reviens me dire qu’il est pas technique.
    Et Red Café a tué ça sur There It Go. Je propose à tout le temps d’aller écouter…

    1. Salut REDN, donc on range Fabolous au même rang que Biggie ou Rakim dans ce cas ? Fabolous a fait ses armes en freestyle avec DJ Clue avant de percer, donc oui ya de la technicité c’est sûr. De là à le ranger parmi les plus techniques du game… C’est un pas que je ne suis pas prêt de franchir. Libre à toi de penser le contraire bien entendu.
      Merci d’avoir lu l’article en tout cas.
      Simon

Leave a Response